ChocoClic, Tout sur le chocolat !

Le gouvernement ivoirien décide de soutenir leur producteur de cacao



Le plus grand producteur mondial de cacao, la Côte d’Ivoire, se rebelle contre les multinationales du chocolat accusées de concurrence déloyale. Les géants comme Nestlé et Mondelez (Milka, Oreo, etc.) n’auront plus la possibilité d’acheter 80 % de leurs fèves exportées vers l’Europe.



Le premier producteur mondial de cacao contre les multinationales du chocolat

triage fève de cacao
triage fève de cacao
Avec une contribution de 5 centimes d’euro par kilo de cacao, au moins jusqu’en 2022, le gouvernement soutient les commerçants locaux. Cette initiative vise à éviter la faillite des principales entreprises locales d’exportation incapables de concurrencer les prix à la hausse imposés par les géants étrangers tels que Barry Callebaut. Jusqu’à présent, bien que l’autorité locale ait imposé un prix de 1,38 euro par kilo de cacao, les multinationales du chocolat payaient, par le biais d’intermédiaires locaux, des prix plus élevés allant jusqu’à 0,10 centime par kilo, mettant ainsi les exportateurs africains en faillite.

Éliminer les intermédiaires

Le rêve de l’État africain est d’éliminer l’intermédiaire et de créer une chaîne de vente directe de cacao entre les agriculteurs et les entreprises d’ici 2025. Les exportations sont également grevées par l’absence d’entrepôts de stockage qui oblige les agriculteurs à vendre leurs fèves de cacao le plus rapidement possible et au plus offrant. L’intervention du gouvernement ivoirien vise alors à combler ce manque en investissant 380 millions d’euros dans les infrastructures nécessaires à la transformation du cacao, afin de tenter d’augmenter les revenus d’un secteur représentant 10 % du PIB.
Bien que la Côte d’Ivoire produise 2 millions de tonnes de cacao par an, soit 40 % du marché mondial, la transformation se fait encore presque entièrement à l’étranger. C’est également une menace pour l’environnement, car les forêts sont détruites dans le pays pour les remplacer par de nouvelles plantations et pour maintenir les taux élevés de demande. De 1990 à 2015, on estime que 85 % des forêts tropicales n’ont été éliminées qu’en Côte d’Ivoire. Le modèle à imiter reste l’Indonésie qui, en 10 ans, a réduit les exportations de fèves de 80 % à 5 %, commençant à produire localement de la poudre, des pâtes et du beurre de cacao.

Des agriculteurs de plus en plus pauvres

Un autre petit pas vers le rêve de réaliser un « chocolat éthique », car si la consommation de chocolat augmente, surtout en Europe où la consommation moyenne par habitant est de 8 kg par an, au contraire, les revenus des agriculteurs sont même en baisse par rapport à il y a 30 ans. La majorité des quelque 2 millions d’agriculteurs de Côte d’Ivoire et du Ghana gagnent encore en moyenne 2,5 dollars par jour (estimations du commerce équitable). Sur une barre de chocolat de 100 grammes, qui coûte en moyenne 3,5 dollars, l’agriculteur africain reçoit environ 0,15 centime. Pour améliorer la vie des agriculteurs et garantir des normes décentes, les prix devraient être portés à 3,6 dollars le kilo, mais c’est un premier signe dans cette direction. Derrière la montée des boucliers des deux grands producteurs de cacao africains se cache aussi la tentative de résoudre le problème du travail des enfants dans les plantations. Il y aurait encore 2,2 millions d’enfants en Afrique de l’Ouest impliqués dans la récolte des fèves (estimations de l’Initiative internationale du cacao).

ChocoClic












Histoire du chocolat | La Culture du Cacao | Les Variétés du cacao | La Récolte du Cacao | Fabrication du chocolat | La Réglementation | La Qualité | Conseils dégustation | La santé et le chocolat | Les Variétés du chocolat | Les Pays et le chocolat | Chocolat BIO | Chocolat sans sucre | Les Tablettes Chocolat | Le marché du chocolat





Recevez Gratuitement
les news du magazine
en vous inscrivant :








Nos affiches sont imprimées par www.lesgrandesimprimeries.com. Impression d'affiches format A2.



ChocoClic existe aussi en version anglophone