ChocoClic, Tout sur le chocolat !

Pourquoi avons nous des compulsions alimentaires ?



Télécharger le cadeau de Sandra sur son site : https://sandrafm.com/chococlic

Sébastien : Bonjour et bienvenue sur la chaîne chococlic.com. Aujourd'hui, je suis avec Sandra FM, une femme docteur en santé publique et psychologue de la santé. Aujourd'hui, elle est avec nous pour nous parler pourquoi en fait nous avons des compulsions alimentaires ? Et principalement, c'est souvent le chocolat, on a discuté avec Sandra, elle me disait, oui, le chocolat c'est vraiment ce qui a le plus important, souvent, qu'on retrouve dans la composition alimentaire.
En tout cas, bonjour Sandra ! Merci d'être, en tout cas, ensemble pour discuter de ce sujet très important.

Sandra : Avec plaisir, bonjour Sébastien ! Bonjour à tous ! Bienvenue dans cette vidéo.

Sébastien : C'est justement ce qui est important pour ceux qui nous écoutent c'est est- ce que tu peux déjà te présenter, qui tu es ? Qu'est-ce que tu fais ? Et puis après bah on va foncer, on va plonger, pas dans le chocolat parce que là on va être vraiment dans une compulsion complète, mais voilà je t'écoute, on écoute.

Sandra : Du coup comme tu disais je suis docteur en santé publique et psychologue de la santé, ça veut dire quoi ? C'est un gros mot pour expliquer quoi. En gros moi ce qui m'intéresse c'est de comprendre quels sont les facteurs qui vont influencer notre santé. Ce qui fait que parfois on n'arrive pas à faire des choix alimentaires par exemple qu’on sait mentalement ce qui nous conviennent, mais émotionnellement le soir quand on est fatigué, on est stressé, quand ça ne va pas, quand on s’ennuie, comme par hasard on mange ces fameux aliments qu’on se dit qu’on n'a pas le droit, qu’on ne devrait pas, etc. J'ai beaucoup étudié, dans le monde de la recherche ou en complexe hospitalier, qu'est-ce qui fait qu'il y a certaines personnes qui craquent très facilement ? Qu'est- ce qui fait qu'il y a d'autres personnes qui, pour eux, ça n'a pas l'air d'être un problème ? Ils s'en foutent un petit peu s’il y a du chocolat ou pas devant eux sous le nez. Et donc, moi ça m'a vraiment intéressé de comprendre qu'est-ce qui impacte nos différents choix alimentaires, nos différents choix de vie, j'ai envie de dire même ? Et qui vont avoir un impact sur notre santé non seulement physique, mais aussi mentale puisque comme on va voir dans cette vidéo, il y a aussi des impacts au niveau psychologique et émotionnel quand on fait différents types de choix qui sont alignés avec soi ou pas.

Sébastien : Alors c'est intéressant. Par rapport à ça, comment peut-on déterminer si on a des compulsions alimentaires ? Quels sont les premiers signes pour dire, oh là, il faut que je fasse attention. Est-ce que c'est souvent des fois on entend dire c’est des gros moments en général peut-être de boulimie un peu où on mange beaucoup ? Est-ce que c'est, comment, on mange de plus en plus, mais tous les jours ? Comment on peut déterminer qu'on est un petit peu un peu compulsif à l’alimentation avec le chocolat.


Sandra : Je te remercie pour cette question parce que je pense que c’est une question qui va parler à beaucoup de personnes. Aujourd'hui on parle beaucoup d'addiction à la nourriture d'hyperphagie, de crises de pulsions, de boulimie et de tous ces maux différents, finalement pour dire plus ou moins la même chose. Effectivement, aujourd'hui, médicalement ou même en termes de diagnostic, on a des critères concrets qui vont que quand la personne mange une quantité, une grande quantité de nourriture en très peu de temps qu’une personne qui a apporté la nourriture et ne pourrait pas manger. Or je n'aime pas trop donner ce genre d’étiquette. Donc c'est là où on va parler, justement, est-ce que la personne a la boulimie ? Est-ce qu’elle a l’hyperphagie ? Est-ce qu’elle a l’anorexie ? Est-ce qu’elle a ci ? Est-ce qu’elle a ça ? Moi je n'aime pas trop ce genre d'étiquette parce que c'est comme si tout d'un coup on devait dire aux gens comme vous ne rentrez pas dans ma classe même si vous souffrez, vous n’avez pas de diagnostic, donc on n’a rien à faire. Donc, moi, j'aime plutôt partir du principe de demander à la personne comment vous vous sentez quand vous mangez en fait. Parce que parfois j'ai un exemple très concret d'une personne déjà accompagné notamment dans le programme libre de manger qui me disait qu'elle faisait des ultras très lents. Elle courait des heures et des heures, elle était vraiment une sportive de haut niveau, elle courait beaucoup d'heures par jour, par semaine, etc. et qui me disait qu'elle a des compulsions. C'est vrai que ça peut paraître une simple se dire que quelqu’un qui est très compétitif, qui fait énormément de sport, qui fait énormément attention à ce qu'elle mange pour pouvoir être compétitif, pour elle c'est quoi une compulsion ? Et là quand je lui ai posé la question, elle m'a dit écoute Sandra, moi quand j'ai une compulsion c'est parce que j'ai mangé deux ou trois poignées de graines de courge. Alors pour quelqu'un qui à côté de ça va manger un poulet, plus un kilo de pâtes, plus de paquets de gâteaux, plus les chips, plus je ne sais pas quoi, on regarde ma cliente on dit, mais n'importe quoi. Mais le fait est que cette cliente était vraiment en souffrance quand elle avait ce comportement en fait. Donc plus important que d'aller voir toi qu'est-ce que tu manges ? Et quand ? Et comment ? Et pourquoi ? Moi j'aime bien demander à la personne comment vous sentez ? S’il y a une souffrance derrière, c’est quelque chose qui est difficile à vivre par rapport à un comportement alimentaire. Moi je pense qu'à partir de ce moment-là c'est important de se faire suivre, de se faire aider pour lâcher la pression qu'il y a autour de la nourriture que ce soit parce qu'on va manger des grandes quantités ou parce qu'on mange des choses qu'on s'interdit, mais qu'on part du principe qu'ils ne sont pas bons pour soi par rapport à nos propres objectifs. De se faire accompagner par rapport à ça et de faire en sorte qu'on retrouve le plaisir de manger puisque finalement on mange plusieurs fois par jour. Donc autant y prendre plaisir, on ne peut pas juste dire à partir aujourd'hui je ne mange plus pour le reste de la vie. À un moment donné, on peut tenir plusieurs jours, mais à un moment donné on va avoir besoin de manger. Donc autant vraiment y prendre plaisir de retrouver ce moment de connexion à soi et aux autres. Et pour moi c'est plus important que l'étiquette qu’on se colle de je suis boulimique, je suis hyperphagique, j'ai ce diagnostic, j’ai ci, j’ai ça.

Sébastien : Oui, on se met dans des cases. En fait on aggrave un peu ce cas parce qu'on se dit non on est comme ça donc on en tient en fait à cette étiquette de dire voilà je suis comme ça. Et puis ça n’aide pas obligatoirement à se sortir psychologiquement de ce mal-être en fait au final.



Sandra : Exactement, on va le voir, justement, dans la prochaine vidéo, on voit apparaître comment se libérer des compulsions alimentaires. C'est un point super important si on se met dans l'identité de je suis comme ça. En fait, notre cerveau, il est addict à la réalité qu’on se crée et donc si notre cerveau est convaincu qu’on est comme ça, il va tout faire pour nous prouver qu’on est réellement comme ça. Donc ça va être important de commencer à travailler avec des mots différents sur la façon dont on s'identifie, qu’on travaille aussi sur les autres identités, certes, ok, on a peut-être des envies de manger, on a peut-être craqué sur certains aliments, mais on a aussi pleins d'autres choses dans notre identité. Il est important de reconstruire une nouvelle identité autre que je suis compulsive et de pouvoir avoir un regard différent sur soi pour pouvoir se libérer. On laissera ça pour la prochaine vidéo.

Sébastien : Ouais, Yes et justement par rapport aux compulsions, on a vu un petit peu si on a un mal être et comment on peut le déterminer ce mal-être ? C'est quoi les symptômes ? Si on peut dire du mal-être, est-ce que c'est un stress quand on va chercher, on ouvre le frigo ? Est-ce que c'est quand on achète, d'un coup, on achète plein de choses et on sait qu'on va manger ?

Sandra : Il y a plein de profils différents. Très souvent, quand même, le plus fort c'est après avoir mangé, c’est souvent quand on achète on se dit, oh aller juste un petit carré de chocolat, juste un ou deux petits carrés de chocolat et je me fais plaisir, etc. Sauf que si on est dans un mal-être, ou il y une émotion qui est très forte, c'est-à-dire on va le sentir peut être, imaginons que vous vous êtes disputé avec votre chéri ou le travail, ça ne s'est pas passé comme d'habitude ou vous avez l'impression d'être une mauvaise mère ou vous avez grossi ou peu importe ce qui s'est passé dans votre journée et qui a un peu ce côté doudou qu'on a envie d'aller chercher, tout d'un coup vous y allez deux carrés je vais me faire plaisir et j'arrête. En fait, le corps, il n’accepte tellement pas qu’on va commencer à manger quelque chose qui est censé être « interdit ». Je mets des guillemets vous allez voir pourquoi plus tard, que du coup il se met en mode pilote automatique et je pense que très souvent les personnes qui ont des compulsions alimentaires vont se reconnaître dans ce que je vais raconter. C’est qu’il y a ce côté de maintenant j'en ai mangé deux, trois, foutu pour foutu, je continue. Et là il y a une espèce de pilote automatique comme si tout d'un coup on devenait un truc où on ne voit pas du tout ce qui est en train de se passer. Donc on mange, je mange, je mange, et là tout d'un coup on se réveille et on voit que là on a pété le placard à gâteaux, le paquet gâteau, la tablette de chocolat, et là, c'est là où c'est difficile. Si à la base on avait un objectif de faire attention à ce qu'on mange, à se priver, etc. ça peut être assez compliqué parce qu'on va se sentir nul, on va se sentir coupable, ah, je n'arrive pas à suivre un « simple » plan alimentaire et je mets des guillemets à simples parce que très souvent les plans alimentaires ne sont pas si simples que ça, comme on va le voir. Donc, du coup c'est tellement de pression qu’une fois qu'on a craqué on le voit comme un échec. Et c'est hyper difficile à vivre puisque c'est un énième échec dans la liste sur 5, 10, 15, 20, 30 ans pour certaines de mes clientes et donc du coup ça devient hyper difficile. La douleur, enfin, la souffrance souvent est très liée à qu’est-ce qui se passe après. Cette culpabilité, manque de confiance, manque d'estime de soi, ça peut arriver avant, déjà d'être dans l'anticipation. Je pense notamment dans les fêtes de Noël, dans les mariages, les vacances ale inclusive, on est déjà en train de stresser d'avance, on sait que de toute façon il y a une orgie alimentaire qui va se passer parce que de toute façon il y aura tellement de nourriture qu'on peut être déjà dans l'angoisse parce qu'on sait que de toute façon on va craquer parce qu'on s'est mis aussi dans la tête que de toute façon nous, on est comme ça et qu'on n'arrive pas à résister ou encore qu’on est addict à la nourriture.

Sébastien : Est-ce que souvent ce n'est pas par rapport à un stress ? Par rapport à ce qu'on veut maigrir ? On ne veut pas grossir, ça peut être quoi aussi la peur derrière qu'on peut avoir justement quand on a des compulsions ? Parce que moi je sais que, moi, ça m'arrive, ça m'est déjà arrivé des fois quand des paquets de gâteaux sont ouverts, les chocolats, etc. et tout, allez vas-y, on mange. Alors moi je ne me considère pas dans ta définition que je suis compulsif. On pourrait croire, puisque des fois j’englobe beaucoup de nourriture, mais beaucoup moins qu'avant, ça m'arrivait, ponctuellement, je dis qu'est-ce qui se passe, je dis, moi, je vais grossir là. Mais j'accepte en fait que j'ai eu un gros écart, très gros de calories, de mauvaise bouche, bref, mais après, je me remets dans le chemin. Mais c'est vrai que des fois

Sandra : C'est plus complexe, parfois pour certaines personnes

Sébastien : Mais des fois même moi où j'ai eu des fois des moments où quand tu as des placards ouverts, tu continues au fil de l'eau et tu as le bras qui prend, tu dis, mince, j'ai tout fini cette bouffe-là en moins d'une semaine, j'ai tout fini ça, il faut que j’aille déjà faire des courses, ça ne va pas là. Qu’est-ce que ça pourrait être, justement la peur dernière pour qui justement fait remonter cette compulsion, ce malaise en fait ?

Sandra : Déjà je te remercie pour ton exemple qui est top. Il faut déjà comprendre pour toutes les personnes qui se culpabilisaient énorme par rapport à la compulsion alimentaire que c'est humain d'avoir une alimentation émotionnelle. C’est-à-dire que tout le monde a une alimentation émotionnelle, même moi qui est expert du domaine, qui sait par cœur comment ça marche. Bien sûr que moi aussi parfois j'ai des ennuis et j’ai pété le placard à gâteaux pour des raisons émotionnelles, pour des raisons parce que soit je m'ennuie, soit je suis stressée, soit j'ai quelque chose qui m'a mis en colère ou autre. Et donc je parie avec toi Sébastien que si on analysait les moments où tu as eu plus de phases comme ça, elle est soit une fatigue qui n'était pas habituelle, soit une contrariété qui n'était pas habituelle. Et comme par hasard tu as été cherché ton petit doudou. Comment ça marche ? C'est tout simple en fait, notre cerveau, à un moment donné, si on a un manque d'énergie ou une contrariété dans la zone de récompense et de plaisir qui n’est pas trop activé et à un moment donné, le corps, il se dit et oh cocotte, tu peux te faire plaisir un peu, vas-y. Et en fait les aliments à ce moment-là, on a très rarement envie de ça là, soyons honnêtes, on a plutôt envie d'aliments gras ou sucrés, donc le chocolat est très souvent je pense. Je pense que je peux dire dans le Top 3 voire même le premier aliment qui ressort dans les…

Sébastien : J'allais y venir, ne t'inquiète pas

Sandra : C'est vraiment, je pense, celui qui revient le plus souvent après pas qu'il y a des fromages, des gâteaux apéro, tout un tas d'aliments. Mais en fait ce qui se passe c'est que ces aliments des adultes sont riches en énergie, sont riches en calories donc ça va remonter le niveau d'énergie au moins temporairement, c’est-à-dire que c'est la façon la plus efficace de le faire, mais dans un instant T, en mode SOS. Le cerveau, il se dit, je sais que quand tu fais ça, ça remonte en énergie, fonce. Donc, c'est un petit peu ce qui se passe dans votre cerveau, bien sûr je caricaturise un petit peu, mais c’est un petit peu ça. Et en plus ça va activer la zone de plaisir donc ça veut dire que ça va augmenter votre niveau de sérotonine particulièrement avec le chocolat et donc la sérotonine qui est un peu l'hormone du bonheur. Là on se sent réconforté, ça fait l'espèce de Doudou c'est comme les enfants qui ont leur doudou.

Sébastien : C'est ça,

Sandra : Ça fait du bien.

Sébastien : C’est un petit traître, en fait, le chocolat des fois, surtout quand, c'est bon, c'est clair que voilà il faut plutôt aller sur du chocolat noir pour que ça fasse moins d'effets négatifs, ah, toi, tu vas me dire non, c'est intéressant là

Sandra : Dans les compulsions alimentaires, je ne suis pas trop d'accord avec ça. Alors je vais expliquer pourquoi, je vais y revenir. En fait, ce qui se passe, déjà ce côté réconfort, ce qui fait c'est qu'il va anesthésier l'émotion désagréable. Donc, si vous êtes stressé ou parce que vous êtes dans l'ennui, j'ai beaucoup de personnes qui disent à moi le soir je me sens seul, du coup, je déteste la solitude et donc là, je n'arrête pas de manger ou il y a des contrariétés de travail, en ce moment ça ne passe pas bien ou le burnout, etc. Le fait de manger des aliments qui sont dans son énergie, ça va anesthésier le mal-être, puisque ça active cette zone de réconfort. Il faut juste comprendre que c'est votre corps qui essaie de se protéger d'une sensation désagréable que vous avez du mal à apprendre à vivre et que vous avez du mal à apprivoiser, donc il se met en mode de protection. Donc, les compulsions finalement sont vos meilleures alliées pour vous avertir qu’il y a quelque chose qui ne se passe pas très bien dans votre vie. Évidemment quand on les vit au quotidien c'est facile à dire là de ce côté de la caméra, j’imagine les gens qui se disent, elle, elle n’a pas vécu des compulsions. En fait je sais que ça paraît facile, mais c'est tout un travail justement, on a besoin de refaire, de se connecter avec ses émotions, on verra dans la prochaine vidéo parce que ça va nous permettre de voir les compulsions d'une façon différente comme des petits messagés qui disent, eh, il y a quelque chose qui ne se passe bien dans ta vie, soit tu es fatigué, soit tu as une contrariété, soit il y a quelque chose qui se passe. Donc on va devoir bosser sur la vraie source du problème. Très rarement les compulsions alimentaires sont le problème en soi. C'est plutôt une conséquence de quelque chose qui ne se passe pas très bien dans notre vie ou dans notre corps.

Sébastien : Oui c’est ça, c'est ce que je voulais dire. C'est un peu comme, je ne sais pas si c'est un bon exemple, mais j'ai un bouton sur le nez et au final on traite le bouton dessus, mais on ne traite pas le fond du problème parce que Bouton il peut revenir, c’est un exemple.

Sandra : J'aime bien donner l'exemple qui ressemble à ton bouton. C'est comme si on avait un petit bobo enflammé, infecté plutôt, il y a du pus et que plutôt que désinfecter, on met un pansement. Alors oui ça aide parce qu'il n'y a pas de vent, il n'y a pas l'eau tout ça. Mais si l'infection, elle n'est pas traitée, ça va s'éparpiller. Parfois on a besoin d'un petit peu gratter sur l’infection alors

Sébastien : Ça fait mal oui, ça fait mal

Sandra : Ça fait un petit peu mal, mais c'est ce qui va faire qu'on va enlever le pus et qui après on va pouvoir mettre le pansement pour soulager un petit peu et de faire en sorte qu’une bonne fois pour toutes on est sur la vraie cause pour qu'on ne fasse pas juste semblant avec un petit pansement.

Sébastien : Oui, c’est sûr. Donc, c'est vrai que dans ce qui veut dire par rapport à la question que j'ai posé, ça veut dire que ça peut être très large en fait la peur qu'on peut avoir derrière.

Sandra FM : En vrai, si tu veux, si on prend les causes des compulsions alimentaires, pourquoi on a des compléments alimentaires ? Moi j'aime bien parler de deux gros facteurs. Il y a un premier facteur qui est la frustration alimentaire, c'est-à-dire que la personne va se priver volontairement de manger ou va avoir des règles alimentaires qu'elle a entendues sur internet par un coach, un diététicien, un médecin de la famille ou peu importe où est-ce qu'elle a vu les règles alimentaires et qu'elle va s'imposer, mais qui ne sont pas alignés avec ce qu'elle aime vraiment dans son alimentation. Aujourd'hui on parle beaucoup de rééquilibrage alimentaire. Pour moi le rééquilibrage alimentaire, si derrière vous déclencher de la frustration, c'est comme un régime, c'est-à-dire, peu importe le mot qu'on utilise, si derrière, il y a vraiment une volonté de perte de poids et que du coup vous avez le sentiment de vous priver ou de vous le frustrer parce que vous ne mangez pas un aliment parce que dans le rééquilibrage alimentaire c’est vu qu’il ne fallait pas manger tel aliment, derrière il peut, ça peut déclencher des compulsions alimentaires parce que ce qui se passe c'est qu'on va se mettre en restriction. Dire que le corps, il va se mettre en état de famine, en état de privation, ça va activer la zone de frustration de votre cerveau. Et donc, à un moment donné dès que ça ne va pas très bien, vous êtes en manque d'énergie, votre cerveau, il se dit, eh oh là un peu de plaisir ça ferait du bien quand même. Et donc, c’est là où il y a le matraquage qu'on a vu tout à l'heure qui peut déclencher le foutu pour foutu pilote automatique, etc. Derrière la culpabilité, je suis nul, je n'arriverai jamais. Et en fait, on va tourner en rond, demain je recommence et demain on se remet en privation et on tourne en rond. En fait le problème des personnes c'est que non seulement on active la zone de frustration, on n’active pas la zone de plaisir plutôt que notre corps. Du coup, à un moment donné, notre corps pète un câble en gros et en plus si on est en sous-consommation de ce qu'on a besoin, en fait le corps se met en état de famine et à un moment donné, se met en état d'urgence. Quoi qu'il se passe, qu’est-ce qu'il y a devant son nez, il va vouloir le tuer qu’il a le plus de calories et d'énergie pour pouvoir remonter vite. Ce n'est pas pour rien que quand on fait les courses qu'on est affamé, on n'a pas les mêmes courses que si on a mangé juste avant, on va chercher beaucoup plus de choses qui vont être dans son énergie, des produits industriels quand on est affamé que quand on a mangé et qu'on est rassasié et qu'on a un objectif justement de manger sainement, etc. Tout ça, c’est à prendre en compte et parfois les personnes me disent non non, mais Sandra, moi, je fais zéro frustration, je suis un plan alimentaire, mais ça me convient, etc. Si ça vous convient c'est parfait, il y a des régimes qui conviennent à certaines personnes pourquoi pas. C'est comme quand on donne l'exemple des végane ou des végétariens, ils ont fait le choix de ne pas manger de viande. Est-ce que ça veut dire que pour autant ils vont avoir des compulsions de viande ? Non, c'est que ça peut arriver s’ils sont en manque de fer, des choses qui sont dans la viande, ça peut arriver, mais c'est quand même extrêmement rare qu'on en entende parler. Ce n'est pas le truc le plus courant au monde. C'est vraiment le fait qu’eux, les personnes qui font ce choix de plan alimentaire, finalement, il y a une restriction aussi comme un régime c'est à dire on se dit je ne mange plus de viande à partir d'aujourd'hui ou plus de poisson ou plus d’œufs ou plus de XY et eux n'ont pas forcément de compulsion. Du coup les gens se disent, ah oui, du coup, quand on pense à ça pourquoi ceux qui font des régimes, eux ils craquent ? La différence entre les deux profiles c'est que la personne qui est végétarienne, elle, le fait parce qu'elle est entièrement alignée avec ses choix alimentaires, avec ses convictions, avec ses valeurs, avec son identité de qui elle est et donc ça, c'est plus fort que le plaisir de manger de la viande tandis que souvent quand on fait un plan alimentaire, on n'est pas entièrement aligné avec nos choix alimentaires. Ce n'est pas une vraie conviction, on le fait parce qu'on veut maigrir, parce qu’il y a quelqu'un d'extérieur qui nous l'a dit et on n'est pas à 100% de se dire non, mais moi je kiffe manger comme ça. C'est plus une restriction qu’on s'impose pour un objectif externe. Et donc c'est ça la grande différence. Et dans cet état-là, on n'est pas 100% aligné avec nos choix alimentaires et avec ce qu'on fait, on va davantage avoir de compulsion alimentaire et donc ça c'est une des premières causes que j'aime bien parler sur les compulsions alimentaires. La deuxième cause dont j'aime bien parler c'est les causes psycho émotionnelles, comme on a vu tout à l'heure, des émotions qui sont désagréables, le stress, l'ennui, la colère, une situation de vie qui vous ne correspond pas. Vous vous êtes disputés avec votre chéri, le travail ça ne se passe pas bien, un burnout, etc. Ça va faire en sorte que ben on va avoir besoin de ce côté doudou pour se faire du bien. Ça peut être aussi le fait qu'on ne se sent pas aligné dans sa vie c'est-à-dire qu'on n'ose pas faire des choses c’est-à-dire entre ce qu’on veut et ce qu’on fait, il y a un gap et en gros, il y a une frustration émotionnelle. Finalement ce qu'on est en train de vivre, on n’est pas en train de vivre la vie qu'on veut, on n'est pas entièrement alignés, on se juge soi-même, du coup on souhaite un peu de mauvaises images de soi dans toute l'image qu'on a de soi et de sa vie, si elle est négative ça peut déclencher des frustrations. Alors du coup, le cerveau il dit eh oh cocotte c'est bien beau de subir ta vie comme ça, mais, moi, j'aimerais bien que tu te fasses plaisir et on va manger justement pour retrouver une notion de plaisir au niveau du cerveau. Je sais bien que les personnes qui nous écoutent disent, moi c'est même plus un plaisir. Il y a des personnes qui effectivement ont des compulsions et se disent je le fais, mais j'ai même plus plaisir que c'est automatique, certes, mais dans votre cerveau la zone de récompense qui s'active la zone de la sérotonine qui augmente et ça apaise votre corps. Juste une parenthèse par rapport à tout ça, il arrive avant même de parler des deux causes que je viens de parler. C'est toujours si c'est très récent, c'est-à-dire si tout d'un coup vous mangez plus de certains aliments et puis ce n’était pas à la base votre délire à vous de craquer et qu'il n'y a pas d'explication du type fatigue, contrariété. Je vous invite toujours à regarder avant même de consulter quelqu'un comme un psychologue, un diététicien comportementaliste externe, c’est de voir biologiquement s'il n'y a pas de carence, ça j'aurais dû le dire déjà avant d’ailleurs, toujours écarté des carences par exemple des carences de fer. On va avoir envie de viande, épinards, etc. Les carences de magnésium, etc. C’est toujours important de mettre de côté les diagnostics médicaux qui vont expliquer des carences biologiques ou une maladie qui peut expliquer ses envies de manger soudaines, cet appétit qui vient soudainement. Et si effectivement on a écarté la partie médicale là oui effectivement se faire accompagner, mais se faire accompagner pas que sur les compulsions alimentaires, mais sur ce qui se cache derrière elle. Et c'est là où il y a un vrai travail qu'on va justement aborder dans la prochaine vidéo.

Sébastien : C'est ça et là il faut vraiment gratter le pus et ça ce n'est pas toujours le plus agréable. Le cerveau, il aime bien cacher ça il dit non non non, je n'ai pas envie de travailler ça et ce que je veux être vraiment, et ce que je veux faire, etc. Je préfère manger du chocolat, c'est plus sympa.

Sandra : C'est plus facile et il protège la zone de confort que ça il connaît, mais au moins il peut gérer

Sébastien : Exactement.
Bon en tout cas super Sandra je te remercie beaucoup pour cette vidéo.

Sandra : Avec plaisir.

Sébastien : C'est vraiment très intéressant et j'espère qu’elle vous aide à bien comprendre en fait qu’est-ce que c’est les compulsions alimentaires avec le chocolat évidemment ? Mais pas seulement. Et puis dans la prochaine vidéo, dans quelques jours, on va la diffuser sur la chaîne avec les solutions que Sandra va vous transmettre. En attendant en dessous de la vidéo, il y a un lien, si vous souhaitez en savoir plus sur Sandra sur ce qu'elle fait, ses programmes, etc. N'hésitez pas, on vous met le lien en dessous.

Sandra : J’ai préparé une petite surprise.

Sébastien : Voilà, une petite surprise de Sandra. Allez-y !
Et puis nous on se retrouve sur une prochaine vidéo et à très vite Sandra ! Bye bye.

Sandra : A très vite ! Bye

Découvrez le cadeau de Sandra en vous dirigeant sur son site : https://sandrafm.com/chococlic


ChocoClic







Histoire du chocolat | La Culture du Cacao | Les Variétés du cacao | La Récolte du Cacao | Fabrication du chocolat | La Réglementation | La Qualité | Conseils dégustation | La santé et le chocolat | Les Variétés du chocolat | Les Pays et le chocolat | Chocolat BIO | Chocolat sans sucre | Les Tablettes Chocolat






Recevez Gratuitement
les news du magazine
en vous inscrivant :








Nos affiches sont imprimées par www.lesgrandesimprimeries.com. Impression d'affiches format A2.



ChocoClic existe aussi en version anglophone