ChocoClic, Tout sur le chocolat !

Apprendre à déguster du chocolat… en pleine conscience ! Avec Claire Marino, naturopathe





Découvrez le programme Choco Relaxation Kaozen :
https://www.creationchocolat.com/programme-kaozen

Sébastien : Hello les amis, donc cette vidéo pour chococlic.com, alors aujourd’hui je suis de nouveau avec Claire Marino naturopathe, expert en alimentation et vraiment cette fois ci je voulais vraiment qu’elle nous parle de dégustation de chocolat en pleine conscience. Alors, bonjour Claire, comment vas-tu ? Est-ce que tu peux rapidement te présenter en quelque mot, et puis après bein on attaque c’est quoi en fait le chocolat, déguster le chocolat en pleine conscience.

Claire : Ok, alors moi je suis naturopathe et sophrologue depuis plusieurs années, donc je travaille en libéral à Paris, donc j’ai mon cabinet à Paris dans le quatorzième arrondissement et je travaille essentiellement sur la nutrition et les émotions comme base et outil de travail thérapeutique pour toutes les problématiques de santé non pas uniquement le problème de poids, mais tous les problématiques de santé qu’on peut rencontrer toute au long de notre vie, voilà.

Sébastien : Ok, alors… pour toi qui a une grande expérience avec le chocolat, avec la choco relaxation, avec le programme que l’on a monté Kaozen etc, qu’est-ce que toi tu peux dire à ce qui nous écoute, dire ok parce que… pleine conscience ça veut dire quoi, parce que souvent il y a des amalgames et les gens ne comprennent pas vraiment ce que c’est en fait, bein oui mais moi je déguste le chocolat… voilà, mais ça veut dire quoi au fait pleine conscience pour toi ?

Claire : Alors… le terme pleine conscience c’est quelque chose qui est de l’univers du vocabulaire de la méditation. Moi j’aime bien le terme pleine présence, ça veut dire que on va prendre un moment où on va se mettre en recul, c’est pas s’extraire complètement du monde mais on va prendre un recul par rapport à la vie, par rapport à tous ce qui passe dans notre vie, et on va se concentrer sur ce que je suis en train de vivre là dans cet instant présent, c'est-à-dire vraiment cette espace souvent extrêmement infime qui défile tout au long de notre vie mais qui s’appelle l’ici et maintenant, et dans lequel je suis pleinement en présence de tous ce que je suis, et de tous ce que je vis. Donc, je vais m’écouter, je vais écouter ma vie à ce moment-là, alors ça fait un peu très théorique tout ça, c’est …

Sébastien : Justement c’est ce que j’allais te poser comme question, alors ok concrètement.

Claire : … du tout parce que c’est ce que l’on fait systématiquement quand on veut s’en dormir par exemple, tu veux t’en dormir, tu vas faire silence, tu vas détendre ton corps et tu vas commencer à rentrer dans ton monde intérieur, petit à petit tu va-t’en dormir d’accord, ton cerveau va faire son travail de recherche au cas où il y a des problèmes une fois qu’il se rend compte que tout est calme, que tout est tranquille, toutes les systèmes physiologiques se détendre et à ce moment-là tu es dans la pleine écoute ta vie, alors soit tu t’endors, donc là c’est quand on descend dans la zone vraiment profonde, soit on entre dans ces zones de… pleine présence de soi, comme dans la méditation tout comme dans la sophrologie, et dans ces moments-là, on est extrêmement calme et le fait d’enduire des visualisations, ça va permettre au cerveau de s’entraîner à vivre des choses où prendre le temps de les vivre, d’accord. Donc, quand on va être extrêmement détendu, et que on va commencer à déguster un morceau de chocolat, dans ce moment de dégustation, on est en pleine présence de tous nos sens, de toute notre histoire, c'est-à-dire que toute notre référentiel imaginaire, toutes nos images dans ce sens, tout ça, ça va se remonter d’accord, parce qu’on est vraiment extrêmement calme et tout à fait à la disposition de ce que nous sommes en train de vivre.

Sébastien : Oui, c’est on n’est pas au final…

Claire : Et donc, …

Sébastien : On n’est pas au final en train de… avec son chocolat en train de penser aller chercher ses enfants à l’école ou regarder la télé en même temps etc, c’est ça en fait.

Claire : On va juste prendre du recul sur tout ça, c'est-à-dire bein voilà, je me mets entre parenthèse tout ça existe mais je mets juste entre parenthèse tout ça je le ferai après dans d’autres circonstances, mais pour le moment je ne suis que dans ma dégustation et je vais commencer à observer ce qui se passe quand je déguste ce chocolat ou quand je mange n’importe quel aliment, je trouve que nous dans le travail que nous avons fait ensemble, on a travaillé sur le chocolat. Mais on peut le faire avec n’importe quel aliment et c’est comme ça qu’on devrait manger, mais bon c'est-à-dire que c’est effectivement impossible… on peut mettre plus de conscience, mais toute la présence ça s’est compliqué, quand vous déjeunez avec vos collègues de travail ou vous allez vite fait chercher vos enfants à l’école pour manger, enfin c’est un truc qui est un peu difficile, mais on peut le faire de temps en temps c’est très bien hein. Mais voilà, c’est prendre du temps, et là c’est prendre du temps sur une dégustation d’un produit qui fait un peu polémie, voilà donc… là on va toute se mettre à l’écart de tout ça, et on se met juste dans ce que je suis, ce que je vie avec toutes mes capacités, toutes mes qualités, je vais vivre ce moment voilà. Donc, c’est plus une pleine présence qu’une pleine conscience.

Sébastien : Ok, non mais c’est bien parce que ça permet de recaler un petit peu vraiment… en fait la pleine présence est beaucoup plus profonde alors si je comprends bien que la pleine conscience où est ce qu’on peut le dire ça comme ça ou…

Claire : Non.

Sébastien : Ou c’est plutôt juste le mot que tu préfères ?

Claire : le mot plein conscience, pour beaucoup de gens ça ne veut pas dire grand-chose.

Sébastien : Bein c’est pour ça…

Claire : C’est la même chose pleine présence ou pleine conscience, c’est la même chose, mais je pense que c’est plus explicite de se dire voilà je préfère le mot.
Sébastien : Ouais.

Claire : Je préfère le mot pleine présence voilà. Présent à soi, ça parle plus que conscience c’est extrêmement difficile à dire…

Sébastien : Oui, ce n’est pas facile.

Claire : C’est très très compliqué, la conscience est une petite partie de nous qui est très très importante, mais il faut la travailler. C’est vraiment quelque chose qui se travaille.

Sébastien : Et puis là c’est …on est sur un autre domaine, là on est sur un autre domaine de …

Claire : C’est une question de vocabu aire et de compréhension, peut-être de rendre les choses un peu plus accessibles en parlant de vocabulaire un peu plus simple.

Sébastien : Est-ce que tu pourrais dire que plus on a l’habitude… alors moi je dis ce que je ressent, plus on a l’habitude justement de déguster soit du chocolat ou certaine alimentation ou préparer quelque chose en pleine présence, est ce que tu penses que… plus même si t’as un peu de bruit autour etc, est ce que tu peux être plus rapide et intégrer plus rapidement, parce que t’as l’habitude en fait à force de pratiquer cette pleine présence justement de ressentir plus rapidement les sens, de ressortir les souvenirs etc, plus rapidement au fur et à mesure, et pas obligatoirement se mettre dans un coin pour bien ressentir etc. parce que c’est …

Claire : Alors, c’est ce qu’on appelle du conditionnement, donc forcément c’est pas on ne vas pas se mentir, mais plus on va entrainer notre cerveau à consommer l’alimentation en pleine présence, il va comprendre que c’est plutôt bien pour nous à ce moment-là, il va intégrer les circuits d’habitude qui vont se faire de façon totalement inconsciente, et c’est comme ça qu’on va changer nos habitudes, c’est très bien qu’en développement personnel, il n’y a qu’une maxime, qu’on nous répète, qu’on nous répète et qu’on nous répète… je pense que rien ne résiste à la répétition, c'est-à-dire que plus on va répéter quelque chose, plus à un moment donner le cerveau l’intègre dans notre vie.

Sébastien : oui.

Claire : Je ne sais pas si c’est clair à cette fois.

Sébastien : ah si si si si, tout à fait, à mon côté en tout cas.

Claire : Parce qu’effectivement, on va dire … Plus on va répéter quelque chose, plus ça rentre presque automatiquement dans notre façon de faire, c'est-à-dire que le cerveau comprend que c’est un changement que l’on a envie d’installer dans notre vie. Donc, il va mettre le circuit d’habitude et on va le faire de toute façon une nouvelle impulsion.

Sébastien : Ouais, ouais c’est … statistiquement, scientifiquement, ils avaient évalué à 21 jours pour justement … mais bon après ça je pense que ça dépend de chacun, ça dépend de l’habitude.

Claire : Oui, alors c’est… le truc c’est quand même c’est 21 jours pour que le cerveau admette la mise en place du changement pour que le circuit soit complètement efficace, on dit qu’il faut 3 mois.

Sébastien : 3 mois, ok.

Claire : Donc, ouais il faut vraiment… 21 jours c’est vraiment l’installation qu’il faut pour que le cerveau dit ok t’as le truc qu’on a comprend qu’on ne fait plus, on passe à autre chose, et après il faut vraiment 3 mois pour à force de répétition ça se voit complètement intégrer. Et alors ça, vraiment moi je vois en nutrition c’était la base de mon travail, je vois très très bien donc 3 premiers mois de changement alimentaire, je le dis d’entrer hein, c’est le plus important, voilà. C’est trois mois où on va installer tous ce qui a de plus dur, c’est comme si on changeait les circuits, voilà on va se mettre le circuit à normal, et après c’est du gâteau, je veux dire qu’une fois qu’on a réussi à bien faire ce travail d’intégration, les 3 premiers mois, après vraiment plus rien, et on s’est rend compte à quel point c’est complètement intégré. Et les gens quand… au bout de 4, 5 mois, je leur dis du coup est ce que vous avez l’impression que vous mangez de façon différente par rapport à le début où vous êtes venu me voir, alors mais c’est rien à voir, mais c’est devenu complètement naturel.

Sébastien : Ouais, c’est ça.

Claire : Mais, c’est vraiment intégré de façon complètement naturel, même si on rame au début. Mais, ça s’intègre de façon complètement naturelle, mais parce qu’on ne travaille pas sur les frustrations, sur les …

Sébastien : Mais, justement…

Claire : … du fait comme mon départ.

Sébastien : Voilà, mais je pense aussi le programme Kaozen, la choco relaxation, c’est aussi justement un voyage du plaisir en pleine présence qui n’est vraiment un… étape par étape, et en plus on peut le réécouter, on peut justement l’intégrer, déguster avec d’autre chocolat, est ce que tu peux nous parler justement du programme Kaozen aujourd’hui ?

Claire : Alors oui, je peux vous en parler. Alors quand j’ai construit ce programme, surtout les premières choco relaxation, c’était vraiment pour accompagner des gens qui avaient un… qui étaient en disharmonie avec leur consommation de chocolat, c'est-à-dire que d’un côté ils adorent le chocolat, et de l’autre côté ils sont complètement culpabilisé ou de se complexé parce qu’ils se sentent bien leur façon de le consommer n’est pas en adéquation avec l’objectif qu’ils ont de perdre du poids, donc tout ça a été un petit peu crée des conflits interne absolument terrible. Dans le programme Kaozen, au départ l’objectif c’était ça voilà. Avant qu’on appelle ça Kaozen et que l’on se rencontre tous les deux, c’était de la choco relaxation et c’était une façon de faire prendre conscience aux gens par ces exercices de pleine présence, de leur faire grande conscience que on peut consommer du chocolat, dans d’autres conditions peut être avec des choix différents, mais qu’on garde complètement le plaisir, le plaisir ça c’est vraiment très très important…

Sébastien : Ah oui oui, c’est l’aliment plaisir…

Claire : Elle est très très importante, mais on garde la notion de plaisir et on va garder en plus ce côté où il n’y a pas de frustration, il n’y a aucune frustration je veux dire, je sais que… mais j’ai le droit de consommer le chocolat sauf que je vais le faire pas n’importe comment, voilà. Donc, c’est la seule contrainte mais c’est… si j’ai envie de manger du chocolat dans la journée, un je vais attendre d’avoir faim, donc je ne ferai jamais une séance de Kaozen si je n’ai pas faim, et deux je le fais consciemment, parce qu’on sait très bien qu’en étant dans cette pleine présence de soi, je veux dire c’est hallucinant, on potentialise de façon xxx le plaisir et la satisfaction et l’apaisement, donc les pulsions ça pèsent complètement, on n’a pas besoin de replonger dans le chocolat après.

Sébastien : Ok donc le programme Kaozen, c’est en 4 étapes, justement… donc première étape d’audio avec le chocolat bonbon, la deuxième étape avec on monte en fait avec le chocolat au lait, un chocolat bonbon c’est chocolat plutôt sucré, plutôt…

Claire : Un chocolat doudou en général, c’est le chocolat qu’on a l’habitude de prendre pour se reposer. Ça c’est vraiment … c’est important de bien comprendre.

Sébastien : Et voilà, et puis donc la partie chocolat noir justement pour détacher un petit peu le sucre et aller sur plus le cacao à la découverte justement des différentes saveurs, des différents… bein ce qui peut exister dans le merveilleux monde du chocolat, et pour certains ce qui veulent aller du 100%, et puis après l’autre étape où là on est sur du chocolat cru et c’est aussi un autre monde, c’est une autre univers où ça vous permet … alors comme on disait aussi la qualité n’est pas toujours là, mais ça vous permet de découvrir d’autre sens, un autre univers, d’autre goût, d’autre saveur qui touchent vraiment le cacao ou le chocolat. Donc, et ça c’est un programme que vous pouvez justement aujourd’hui… je vous ai mis un lien sous la vidéo que vous pouvez commander justement ce programme de 12 séances et vous avez une séance gratuite que vous pouvez justement écouter et tester directement juste après de nous avoir écouté, et puis si ça vous emballe et si vous avez envie d’aller justement sur comment déguster un chocolat en pleine présence, et bien allez-y, ce programme est fait pour vous, ça vous permet aussi de vous réconcilier avec votre alimentation et puis d’aller plus loin. Je ne sais pas si Claire tu avais un dernier mot à ajouter par rapport à Kaozen ou à notre échange sur la dégustation du chocolat en pleine présence.

Claire : Alors j’ai rien à rajouter mais c’est vrai que j’étais en train de me dire que le cacao a ce truc assez extraordinaire que nous on propose de nous consommer un plaque de chocolat, donc plein de période dans l’année on peut le consommer sous plein d’autre forme et de proposer d’une …enfin sur la Saint Valentin, Pâques, Noël, il est proposé sous plein plein de forme et j’avais envie de dire vraiment piquer la curiosité au maximum, c’est que le cacao c’est un truc assez ordinaire à cuisiner. On n’y pense pas, et récemment on m’a offert du sel au cacao et c’est un truc qui est assez… c’est très subtil, c’était vraiment utilisé le cacao comme un épice et…

Sébastien : Exactement.

Claire : Et je trouve ça super intéressant parce qu’on peut cuisiner la viande, on peut cuisiner des légumes avec le cacao, on peut… alors évidement avec les fruits, ça c’est vraiment quelque chose qui est assez connu, et on peut l’intégrer comme une épice et ça c’est encore un truc je pense que ça serait intéressant qu’on nous avait piqué notre curiosité et faire peut-être des séances thé cacao avec un petit ragout, poulet cacao ou (rire)

Sébastien : Tu sais dès fois juste pour l’anecdote, en fait je broie plus le grué de cacao ou en tout cas des fèves de cacao pour que ça soit encore plus fine, et alors pas le chocolat mais des fèves de cacao que je trempe en petit peu dans… avec un petit peu d’huile pour avoir un peu plus de gras, et je fais ça en fait au niveau de la viande, en tout cas plus le poulet, mais comment s’appelle… j’allais dire en maturation mais ce n’est pas le mot que je voulais employer voilà j’ai oublié le mot c’est euh…

Claire : En marinade.

Sébastien : En marinade, merci. Et en marinade avec d’autre épice, ça te permet d’avoir un petit fond justement de cacao sans être amer fort, mais je veux dire avec une nuance justement, je teste beaucoup de mélange comme ça que ce soit avec le cacao ou pas, mais …

Claire : Mais je trouve ça très intéressant puisque là du coup on rentre vraiment dans la subtilité du cacao qui se marie avec énormément de chose, et là faut être vraiment pleine présence de ce qu’on est, de ce qu’on vit, tous ce que l’on a pour pouvoir vivre la magie de ces sensations, voilà.

Sébastien : Tout à fait.

Claire : Donc ça c’est ça pourra être un truc assez intéressant de faire des petites séances annexes au programme cacao pour aller un peu plus loin et découvrir que la consommation de cacao c’était …

Sébastien : Exactement

Claire : Et que votre plaisir, il peut être complètement mais illimité en ouvrant votre esprit avec le cacao, ça c’est travailler sur vous, et puis après sur plein d’autres aliments donc de découvrir effectivement les saveurs très variées avec tous les légumes en fait, beaucoup de chose et beaucoup de travail depuis, voilà.

Sébastien : Yes, bon en tout cas c’était un réel plaisir Claire, c’est toujours un plaisir de toute façon d’échanger avec toi, et puis comme je disais ceux qui veulent aller plus loin avec le programme Kaozen, il se trouve sous la vidéo et moi je vous retrouve à très vite pour d’autres vidéos sur chococlic, salut bye bye.

Découvrez le programme Choco Relaxation Kaozen :
https://www.creationchocolat.com/programme-kaozen

Dégustation chocolat en pleine conscience©
Dégustation chocolat en pleine conscience©













Histoire du chocolat | La Culture du Cacao | Les Variétés du cacao | La Récolte du Cacao | Fabrication du chocolat | La Réglementation | La Qualité | Conseils dégustation | La santé et le chocolat | Les Variétés du chocolat | Les Pays et le chocolat | Chocolat BIO | Chocolat sans sucre | Les Tablettes Chocolat | Le marché du chocolat





Recevez Gratuitement
les news du magazine
en vous inscrivant :








Nos affiches sont imprimées par www.lesgrandesimprimeries.com. Impression d'affiches format A2.



Comme le recommande Nicolas Aubineau , Diététicien Nutritionniste, du chocolat (>70% cacao) est bénéfique pour la santé.



ChocoClic existe aussi en version anglophone