ChocoClic

Une stratégie globale de conservation et utilisation des ressources génétiques du cacao, par la Fondation pour une Economie Durable du Cacao

ChocoClic

Publié en 2012, le rapport de la Fondation pour une Economie Durable du Cacao est un guide établissant la stratégie globale à adopter par les acteurs de l’industrie du cacao pour une conservation et une utilisation durables des ressources génétiques du cacao.

En établissant une ligne de conduite qui pourrait être suivie conjointement par les acteurs publics et privés, la Fondation pour une économie durable du cacao souhaite optimiser l’utilisation des ressources génétiques du cacao, afin de les préserver à l’échelle mondiale. Résultat d’un long processus impliquant une communauté d’experts internationaux, les mesures qui y sont suggérées pourraient également améliorer les conditions économiques et sociales de 40 à 50 millions de personnes dont la vie dépend de la production de cacao en Afrique, Asie et Amérique Latine.


Il est aujourd’hui urgent d’organiser la communauté internationale des professionnels du cacao autour d’objectifs communs. La stratégie globale ici proposée se focalise sur les besoins des petits producteurs. Ce document aidera les donateurs, les organisations de recherche nationales et internationales et le secteur privé à identifier les besoins de financement nécessaires à l’amélioration de la conservation de la diversité génétique du cacao dans le monde.
Les acteurs impliqués dans l’industrie du cacao devront se coordonner afin d’évaluer la situation, d’apporter leurs informations et leur soutien aux chercheurs et de renforcer les partenariats pour un effort global. Si le système général est amélioré et renforcé, les échanges et les partenariats n’en seront que plus efficaces et permettront d’assurer la pérennité et l’optimisation de l’utilisation des ressources de cacao.



Cabosses
Cabosses
90% du cacao est à l’heure actuelle issu de petites unités de production dont la superficie n’atteint pas les 5 hectares. A l’échelle mondiale, la vie de 40 à 50 millions de personnes dépendrait de la production de cacao, d’après la Fondation Mondiale du Cacao (WCF).
Si l’augmentation de la demande annuelle moyenne a été de 3% au cours du dernier siècle, l’explosion des marchés asiatiques impliquerait une augmentation de 25% de la production annuelle d’ici l’année 2020. Les maladies récurrentes et le peu de moyens alloués jusqu’à présent à la recherche sur le cacao mettent aujourd’hui en danger sa diversité.
Le génome Theobroma du cacao existe au sein de 22 espèces de plants différents. Il est possible d’en créer de nouvelles, issues de l’hybridation naturelle ou induites par l’Homme. Les ressources génétiques du cacao représentent donc ce matériau brut, qu’il est possible d’améliorer afin de créer des plants plus résistants qui seraient capables de répondre à la demande mondiale croissante en cacao sur le long terme.

Afin d’assurer la conservation des différentes espèces, de nombreuses opérations de collecte de matériel génétique ont été menées depuis un siècle. Si l’objectif était de récolter le matériel le plus résistant possible aux épidémies, la démarche est aujourd’hui générale et a pour but la création d’une documentation accessible à tous les chercheurs. Si les deux banques génétiques internationales existantes bénéficient d’un système d’exploitation adéquat, de nombreuses initiatives locales n’ont ni les moyens ni l’expertise nécessaire pour exploiter les données recueillies. L’approvisionnement des banques génétiques est une condition nécessaire au développement des hybridations mais leur accès est compliqué faute d’une législation internationale qui encadrerait le transfert de matériel génétique d’une région du monde à l’autre, entrainant également un risque de transfert de maladies. Il est nécessaire d’apporter aux chercheurs une information fiable sur les risques encourus et les périodes de quarantaine à respecter.



Cacao
Cacao
La priorité immédiate de la Stratégie Globale est de sécuriser la conservation et l’accès aux collections in situ (dans leur milieu naturel) comme ex situ (prélevé et déplacé). Les défis ne seront que plus nombreux dans les années à venir et les institutions nationales devront trouver les fonds nécessaires pour maintenir leurs collections respectives en bon état. Les instituts ayant élaboré la Stratégie Globale aimeraient voir se créer un fond dédié à la conservation des ressources génétiques ainsi qu’une Stratégie globale de conservation, où les génomes identifiés comme importants et intéressants pourraient être conservés et accessibles de manière virtuelle. Une méthode standardisée devra être appliquée : un critère de richesse génétique serait évalué en premier lieu puis les différentes qualités du génome seront analysées (saveurs ou résistance, par exemple). Un dialogue constant devra être maintenu entre tous les acteurs de la recherche afin d’atteindre un niveau de collaboration suffisant pour établir cette sélection internationale.

Afin de minimiser les risques de propagation des maladies, un guide de conduite relatif au mouvement du matériel génétique sera accessible, traduit en plusieurs langues, mis à jour régulièrement et fournit à tous les responsables des risques phytosanitaires des pays producteurs de cacao. De nouveaux centres de quarantaines seront également développés afin de faciliter l’exportation. Dans chaque pays, les instituts pourront sélectionner le génome approprié à leurs recherches grâce à la base de données internationale, puis sécuriser la plante en quarantaine avant de l’accueillir.


Fèves
Fèves
Cette base de données centrale, ou CANGIS (CacaoNet Germplasm Information System), réunissant toutes les informations recueillies à l’échelle nationale sera déterminante pour le développement du partage de l’information à tous les acteurs. Les instituts de recherche et gouvernements de tous les pays concernés par la production et la consommation de cacao devront s’allier afin de coordonner ces nouveaux outils. Chaque pays devra soutenir la démarche en facilitant l’évaluation et la gestion des banques génétiques, l’analyse et la gestion des données et le respect des législations d’échanges génétiques mises en place.

Le budget nécessaire au développement de cette stratégie globale a été estimé à plus d’1 million de dollars pour une période de 3 ans. Si une partie des financements est assurée par les acteurs privés de l’industrie du cacao, les fonds publics et les organisations internationales, les consommateurs peuvent aider et soutenir financièrement ce programme nécessaire à la production durable du cacao dans le monde.







Facebook Instagram Google+ Pinterest Twitter YouTube