ChocoClic

Quand le musée joue avec vos sens

ChocoClic

Du 26 août au 20 septembre 2015, la Tate Britain de Londres a abrité l’exposition « Tate Sensorium », exploitant le cinq sens. Cette expérience immersive a invité les visiteurs à utiliser leur ouïe, leur odorat, leur toucher et leur goût pour appréhender quatre œuvres visuelles d’une nouvelle manière.

Une innovation technologique au service de l’art
Si la grande majorité des expositions sont très visuelles, le cerveau humain interprète de nombreuses informations et stimuli afin de comprendre notre environnement. Et si la stimulation olfactive, gustative, auditive ou encore tactile changeait notre perception visuelle, et donc notre interprétation de l’art ? C’est ce que les visiteurs ont été amenés à découvrir, armés d’un appareil sophistiqué analysant les réponses physiologiques à cette stimulation poly-sensorielle. Flying Object, une agence créative britannique, est à l’origine de ce projet qui a remporté le convoité IK Prize 2015, récompensant l’utilisation innovante des nouvelles technologies au service de l’art.

Le chocolat, support d’interprétation artistique pour Francis Bacon
L’œuvre de Francis Bacon, « Figure in a Landscape », évoque une silhouette abstraite perdue dans les couches superposées de peinture. Afin de mener à bien ce projet, Flying Object a fait appel à des experts pour accompagner cette œuvre d’une odeur, d‘un goût et d’un son qui en modifieraient éventuellement l’interprétation. L’odeur évoque le fond de la toile, l’herbe, la terre et les chevaux alors que les bruits de mécaniques rappellent le thème de l’œuvre. Le tableau était également accompagné de sel de mer, de charbon comestible et d’éclats de chocolat. Le maître chocolatier Paul A Young a confectionné pour l’occasion un chocolat qui n’en avait ni le goût ni la texture, afin d’évoquer les multiples d’interprétations possibles de l’œuvre.





Facebook Instagram Google+ Pinterest Twitter YouTube