ChocoClic

Chocolat, le film évènement

ChocoClic

Avec sa sortie au cinéma prévue pour le 03 février 2016, le film ʺChocolatʺ, interprété par l’acteur Omar Sy et réalisé par de Roschdy Zem, est qualifié de film évènement de la rentrée ! Quel en est le sypnosis ? Quelle est la raison d’être de ce film ? Quel message nous transmet-il ?
Au-delà du plaisir de regarder un bon film, que nous apporte-t-il ?
Autant de questions dont voici les réponses dans cet article consacré au film ʺ Chocolatʺ. Bonne dégustation ou plutôt… bonne lecture !

Chocolat, le synopsis
Du cirque au théâtre, de l’anonymat au succès, à la célébrité et à la gloire, le film ʺChocolatʺ retrace l’histoire hors du commun du clown Chocolat, le premier artiste noir de la scène française.
Le duo extraordinaire qu’il forme avec le clown Footit va connaître un succès légendaire dans le Paris de la Belle époque avant que la célébrité, la richesse, l’amour du jeu et les discriminations ne mettent fin à leur amitié et à sa carrière.
Mais le film ʺ Chocolatʺ, ce n’est pas que ça…

Chocolat, le film pour réparer l’oubli
Caricature de Chocolat par Toulouse-Lautrec, 1896©
Caricature de Chocolat par Toulouse-Lautrec, 1896©
Le clown Chocolat, de son vrai nom Rafael Padilla, au-delà de la célébrité et du succès rencontrés à une époque d’esclavage et de racisme ambiants, est celui-là même qui :
A été l’un des premiers acteurs de la publicité et du cinéma muet,
A introduit les mouvements de base du hip hop,
A inventé, avec Footit, la comédie clownesque,
A inauguré la thérapie par le rire.
Pourtant, mort en 1917 dans la misère après avoir connu l’opulence, inhumé en pleine terre, tombé dans l’oubli le plus total, il a fallu attendre février 2016 pour que le clown Chocolat reçoive des honneurs.
3 ans après la publication de l’ouvrage universitaire « Chocolat, clown nègre » de Gérard Noiriel, le film ʺ Chocolatʺ vient contribuer à réparer l’oubli. Mais il fait bien plus que cela…

Chocolat, un film qui transmet un message
Duo de clowns Foottit et Chocolat, illustration couleur de René Vincent, c.1900©
Duo de clowns Foottit et Chocolat, illustration couleur de René Vincent, c.1900©
C’est vrai, le film ʺChocolatʺ est un film populaire qui nous fait vivre un grand spectacle et beaucoup d’émotions !
Mais au-delà de ça, il nous transmet un message : vous voyez, le film ʺChocolatʺ, c’est l’histoire d’un homme qui a affronté les préjugés raciaux pour se faire une place dans une société hostile à la différence. Durant toute sa vie, il a lutté pour défendre sa dignité contre ceux qui voulaient l’asservir ou en faire une victime.
D’ailleurs, son histoire avec Marie, sa compagne blanche, n’a-t-elle pas fait scandale à l’époque, montrant ainsi sa volonté de briser lesdits préjugés raciaux ?
Le clown Chocolat fut un homme courageux, autodidacte, talentueux, libre et plein de vie qui a laissé un héritage dans l’art circassien et dans la culture populaire.

En transmettant de tels messages, le film ʺChocolatʺ nous interpelle sur des questions toujours d’actualité : la construction des préjugés et stéréotypes, le besoin de valoriser notre héritage culturel au lieu de le laisser tomber dans l’oubli, l’apprentissage du respect de l’autre, mais aussi de la volonté et de l’abnégation sans lesquelles on ne peut connaître de grandes réussites.

Voulez-vous connaître l’histoire de Chocolat ?
Chocolat, de son vrai nom Rafael Padilla, est né vers 1868 à Cuba. Il est issu d’une famille africaine déportée à Cuba après avoir été réduite en esclavage. À l’âge de 8-10 ans, il est vendu comme garçon de ferme près de Bilbao.
Mais épris de liberté, désireux de tracer son propre destin, le clown Chocolat s’enfuit vers l’âge de 14 ans. C’est le clown blanc Tony Grice qui, impressionné par sa force physique et ses talents de danseur, le mit sur le chemin du cirque.
Mais il lui fallut attendre 1886 pour faire équipe pendant 20 ans avec le clown blanc George Footit. Tous deux connaissent un immense succès populaire grâce à un duo comique : le clown blanc autoritaire et un auguste noir souffre-douleur.
Jean Cocteau a dit d’eux : « Ce qui était beau, c’était le cirque ; alors il avait Footit et Chocolat ; Footit qui était comme une duchesse folle et Chocolat, le nègre qui recevrait des claques ».
D’ailleurs, l’expression populaire « Je suis chocolat » pour dire « Je suis berné » a été popularisée par les dialogues de leur numéro.
Malheureusement, l’affaire Dreyfus vint politiser les questions raciales et fut à l’origine de la fin de sa carrière.
En 1910, séparé de son ami Footit, le clown Chocolat essaya de se faire un nom au cinéma avant de revenir au cirque avec Eugène Grimaldi, son fils adoptif. Chocolat finira misérablement sa vie, oublié de tous, à l’âge de 49 ans.
Aujourd’hui, une allée du cimetière, où il a été enterré, a reçu son nom, un panonceau se trouve posé sur le lieu de son inhumation, et le clown Chocolat bénéficie d’une plaque commémorative.

Le film ʺChocolatʺ retrace sa vie, ses rêves, ses combats, ses victoires, et sa fin… . Vous éprouverez beaucoup d’émotions à le voir et à le revoir. En attendant, vous pouvez déjà en regarder la bande-annonce.

Et à sa sortie au cinéma le 03 février prochain, pourquoi ne pas le suivre en mordant à pleines dents dans un délicieux gâteau au chocolat.


Le Livre Chocolat
Chocolat, la véritable histoire d'un homme sans nom de Gérard Noiriel raconte lui aussi l'histoire du clown Chocolat.







Facebook Instagram Google+ Pinterest Twitter YouTube